Niki Lauda à Charade

Niki Lauda à Charade : quatre petits tours
d’un très grand pilote et puis s’en va…

Disparu le 20 mai 2019 à 70 ans, l’ex-pilote autrichien de Formule 1 Niki Lauda était devenu champion du monde à trois reprises : 1975, 1977 et 1984. Son unique présence sur le circuit de Charade se résumeaux quatre premiers tours du Grand Prix de France 1972, le dimanche 2 juillet.



L’autographe obtenu, en 1972, à Charade, lors des essais du Grand Prix de France.

Les As du volant se trouvent souvent affublés de qualificatifs illustrant leur caractère fort. S’agissant de Niki Lauda, « robot » ou « ordinateur » reviennent le plus souvent à l’esprit des spécialistes de la Formule 1.Avant son spectaculaire accident du 1er août 1976 lors du deuxième tour du Grand Prix d’Allemagne sur le circuit du Nürburgring, le jeune pilote autrichien a fait montre d’une détermination inoxydable pour parvenir au sommet de l’échelle mondiale du sport automobile.

 

Ce tempérament a été découvert par le monde entier certes, lors de son premier titre de 1975 avec Ferrari mais, surtout, en cet été 1976, lors de son retour sur les circuits du championnat du monde, 41 jours après cette sortie de piste inoubliable suivie d’un incendie de sa Ferrari 312T2. Il heurte la glissière de sécurité à très haute vitesse avant de se voir télescoper par deux autres concurrents. Le pilote italien Arturo Merzario, qui a couru à Charade, en 1973, lors des 300 Kilomètres d’Auvergnesur un protoAbarth PA1 2 Litres, est celui qui, le premier, s’est précipité pour extraire Niki Lauda des flammes.

Cet accident brûlera le visage de ce dernier. Tel un « dur » de la race des héros, le jeune bourgeois autrichien en portera les stigmates toute sa vie. Il a effectué ce retour inattendu sur les terres de Ferrari à l’occasion du GP d’Italie à Monza, un paramètre essentiel ayant contribué à écrire sa légende, notamment à travers ses duels avec le Britannique James Huntportés à l’écran par le film « Rush » de Ron Howard, sorti en 2013.

Travailleur inlassable

Toujours sur Ferrari, il remporte son deuxième titre à l’issue de la saison 1977 puis annonce son retrait des circuits… pour revenir dans le grand cirque de la Formule 1 chez McLaren, en 1984, au côté d’Alain Prost. Nouveau retour gagnant avec une troisième et dernière couronne mondiale et une retraite, cette fois, définitive.

Son palmarès en F1 se traduit par 25 victoires et 24 pole positions en 171 Grand Prix disputés. Au cours de ses 13 saisons de F1, il montera 54 fois sur le podium. Il a piloté pour Ferrari, McLaren, Brabham, BRM et March.

Cette discipline reine du sport automobile aura occupé la plus grande partie de sa vie. Ses débuts dans le baquet d’une F1, le Viennois les effectuera chez lui, en Autriche, en 1971 avec une March. C’est avec le statut de « pilote payant » de fond de grille qu’il réalise ses deux premières saisons. Ainsi, en 1972, sa March 721 G rouge (#14) à moteur Ford de l’écurie STP March System Engineering lui permet d’obtenir le 21e temps des essais – sur 24 pilotes qualifiés - du dernier Grand Prix de France couru à Charade. Son temps (3’31’’) est très loin de la pole obtenue par le Néozélandais Chris Amon sur la Matra MS120D avec 2’53’’4.

Avec l’autre voiture de ce team anglais officiel représentant la marque, le Suédois Ronnie Peterson se place en 9e place sur la grille avec un temps de 2’58’’2. Ce dernier terminera cinquième du Grand Prix sur 17 classés. Quatre autres March d’écuries privées sont confiées à Henri Pescarolo, Carlos Pace, Mike Beuttler et Rolf Stommelen, une 721 de conception originale du nom d’Eiffeland pour ce dernier.


L’autre March identique à celle de Niki, celle de son coéquipier le Suédois Ronnie Peterson

Pour sa part, Niki Lauda souffre d’une voiture récente insuffisamment préparée. Sa transmission donnedes signes inquiétants faisant stopper sa March une première fois au deuxième tour, puis définitivement à la fin du quatrième. Au-delà des essais du vendredi et du samedi, ce seront les seuls tours de piste officiels de ce grand champion, autant discret que travailleur et plein d’humour, sur le toboggan auvergnat.

Niki Lauda a également créé sa propre compagnie aérienne, en 1978, avec des fortunes diverses, notamment le crash d’un de ses avions,en 1991, occasionnant 223 morts. Un événement qui le contrarie autant que son propre accident… En 2003, il crée une nouvelle compagnie aérienne, Fly Niki, dont il revend ses parts huit ans après.

Influent au sein des paddocks

Mais sa passion pour la Formule 1 lui permet de rester dans les paddocks. En 1992, il devient consultant pour la Scuderia Ferrari, puis dirige ensuite l’écurie Jaguar (2001/2002). Consécration de sa culture et de ses idées pour la F1, en 2012, il devient président non-exécutif de l’équipe Mercedes Grand Prix. Sa notoriété lui donne l’occasion de montrer son aura et son influence dans ce microcosme très fermé de la F1. Ainsi, il intervient dans la décision de Mercedes de prendre pour premier pilote l’Anglais Lewis Hamilton, choix qui se traduira par la série de titres mondiaux que connaît la marque allemande depuis 2014.

Sa santé, fragilisée par les traitements médicaux qui ont fait suite à son terrible accident de 1976, le rappelait régulièrement à l’ordre. Ses fils Mathias et Lukas exercent dans le sport automobile.

Trois Autrichiens célèbres à Charade

Sa disparition nous amène à penser que Niki faisait partie d’un trio royal d’Autrichiens grands champions de la piste ayant roulé sur l’ancien tracé de huit kilomètres du circuit de montagne d’Auvergne, mais avec des fortunes diverses. Les deux autres sont :

Guy Lemaître(texte et illustrations)

 




Les derniers articles publiés :



Evènements à Charade en 2019

  • 7 avril : CHARADE CLASSIC Autos - Motos Japonaises
  • 1er mai : ATRIA CHARADE TOUR
  • 3 mai : TOUR AUTO OPTIC 2000
  • 5 mai : CHARADE CLASSIC - Autos - Motos Américaines
  • 31 mai / 1 et 2 juin : TROPHEE TOURISME ENDURANCE - Espace Youngtimers
  • 7 juillet : CHARADE CLASSIC - Citroën et Motos françaises
  • 4 août : CHARADE CLASSIC - Cabriolets
  • 1er septembre : CHARADE CLASSIC - Festa Italia Autos - Motos
  • 6/7/8 septembre : GRAND PRIX CAMIONS
  • 20/21/22 septembre : HISTORIC TOUR
  • 6 octobre : CHARADE CLASSIC - Autos - Motos Anglaises

Agissons pour Charade

Agissons pour Charade
50 Rue Saint Guillaume
63110 BEAUMONT


↑ retour en haut de page