Décès de Jean-Pierre Jabouille

Le « Grand blond » fidèle du bleu France

Metteur au point autant que pilote, Jean-Pierre Jabouille s’est autant illustré par la qualité de son travail que par son attachement aux marques françaises emblématiques des années 70 et 80.

Longiligne était sa silhouette, rectiligne aura été son parcours professionnel dans le sport automobile. Jean-Pierre Jabouille faisait partie de ces pilotes auto dont la France était fière deux décennies durant. Mais celui qui a été rebaptisé « le Grand blond » a longtemps prouvé sa confiance dans la production nationale. A commencer par Renault, Alpine et Matra. Puis Peugeot et Ligier.

On retiendra en priorité ses années Formule 1. Entre 1975 et 1980, au service de Tyrrell, Renault puis Ligier, il participe à 55 Grands Prix qui se soldent par six pole positions et deux victoires (France 1979, à Dijon, où son talent est couronné par la première victoire d’un moteur turbo, qui plus est français avec Renault, en F1 ; et Autriche 1980). Cette même saison, il se blesse les deux jambes au GP du Canada. Cependant, son excellent travail technique valorise la polyvalence du pilote.

En effet, depuis ses débuts en 1966 dans la Coupe R8 Gordini, le Grand blond passera d’une discipline du sport automobile à une autre avec la même passion. Mais avec des bonheurs différents. Monoplace F3 (vice-champion de France 1968 derrière François Cevert), puis F2 (champion d’Europe en 1976 sur Alpine) ; Endurance avec 13 participations aux 24 Heures du Mans dont quatre fois 3e, notamment à travers l’épopée Matra Simca puis celle d’Alpine Renault. En 1993, il remplace Jean Todt à la tête de Peugeot Sport. On le retrouvera sur Lada au Dakar 1984 avec Michel Sardou.

Les années Charade commencent en 1966 avec une participation à la Coupe R8G lors des Trophées d’Auvergne. Puis en 1967, 1971 et 1972 sur Alpine Renault en F3. En septembre 1971, l’étape de Charade du Tour de France automobile le voit mettre plus d’une minute aux deux Matra 660 de Larrousse et Fiorentino ! Il pilote à ce moment la superbe Ferrari 512 M jaune (#142) de l’Escuderia Montjuich, un proto 5 Litres concurrent du Championnat du Monde d’Endurance, qui terminera 2e du Tour de France automobile avec le pilote espagnol José Juncadella.

Ce seront ensuite les deux manches (1973 et 1974) du Championnat d’Europe des prototypes 2 Litres sur Alpine Renault A440 (#14)  puis A441 (#1) où la chance, ces jours-là, malgré d’excellents temps aux essais, n’était pas au rendez-vous. Le public auvergnat aura l’occasion de revoir Jean-Pierre Jabouille dans les années 1980 sur Peugeot 505 puis début des années 1990 BMW M3 lors des  courses de Production et de SuperTourisme.

On notera enfin son amitié avec Jacques Laffite, son beau-frère, qui a aussi été mécanicien/R8G en 1966 et coéquipier de Jabouille chez Ligier en 1980. Ces deux Parisiens se retrouvaient régulièrement en Creuse, département voisin du Puy-de-Dôme où ils ont des attaches.

Décès JabouilleDécès JabouilleDécès Jabouille

(*) Décédé le 2 févier 2023 à l’âge de 80 ans

Guy Lemaître (texte et photos)

 




Les derniers articles publiés :