GRAND PRIX CAMIONS 2021

20.000 CV en furie dans une ambiance « électrique »

En ces 5 et 6 juin, le circuit de Charade a enfin ouvert ses portes pour démarrer la saison 2021. L’attente était trop forte. Le Grand Prix Camions a sorti ses plus beaux « bahuts » et permis au public d’assister à des duels palpitants. Un week-end de courses mais également  de découverte de la mutation des installations vers le tout électrique.

ANTENNE._ Edifiée à flanc de la colline qui surplombe le virage du Petit Pont, une antenne-relais devrait permettre une téléphonie plus aisée.

AU TOP._ Le paddock du Grand Prix Camions impressionne par ses équipements et véhicules dignes des compétitions de sports mécaniques haut de gamme.

BEAUX._ « Beau comme un camion ! ». L’expression s’est vérifiée, ce week-end, à Charade. Plusieurs dizaines d’entre eux, hors compétition, avaient rejoint le paddock. On retiendra notamment ces 13 superbes monstres colorés, aux chromes éclatants, alignés en arc de cercle. Les photographes se sont régalés…

BRUIT._ Ce week-end s’intègre dans la cadre du protocole d’accord des 10 journées « bruit » tolérées pour ce circuit. Cependant, un peloton de 21 camions avoisinant  les 1.000 cv chacun, ça fume et ça décoiffe !

CATERHAM._ Trois plateaux de ces très performantes voitures de 1,2 à deux litres de cylindrée ont assuré une partie du spectacle. L’une des séries alignait 41 autos.

CHAMPION._ Incontestablement, Téo Calvet (20 ans et portant le numéro 20 !) était la vedette du meeting auvergnat qu’il a remporté aux commandes de son Freightliner (USA) du Team Buggyra qui revendique 1.050 chevaux. Champion de France junior, il participe également au Championnat d’Europe de la spécialité.

FANS._ Dès le vendredi soir, une trentaine de camping-cars s’étaient installés sur le parking vert. Tous ces fidèles des courses de camions suivent les cinq rendez-vous du championnat. Pour la plupart, Charade est leur préféré, par la beauté du site et par l’exigence de sa piste.

FEMMES._ Quatre femmes sont inscrites au Championnat de France Camions. La plus jeune, Aliyyah Koloc, n’a que 16 ans. Coéquipière de Téo Calvet au sein du Team Buggyra, elle a en permanence flirté avec le podium.

HEXAGONE._  Les spectateurs venaient de toutes les régions de France.

INTERNATIONAL._ Certaines équipes de concurrents camions  sont composées de plusieurs nationalités. Exemple avec le Team Buggyra Racing où se côtoient Anglais, Tchèques et Français.

MARQUES._ Si la grille de Charade « n’accueillait » que 21 camions, toutes les marques les plus en vue dans ce domaine de compétition étaient présentes : Daf, Freightliner, Iveco, Man, Mercedes, Renault, Scania et Volvo.

PANNEAUTAGE._ Dès l’entrée du parking vert, les couleurs du nouvel exploitant du circuit _ GCK (Green Corp Konnection dirigé par le pilote savoyard Guerlain Chicherit)_ s’affichent : panneaux de bienvenue, oriflammes à l’accueil, podium et autres enseignes arborent ce bleu clair auquel il faudra s’habituer.

PLAN D’EAU._ A l’extérieur du dégagement du virage du Petit Pont, un bassin d’orage de quelques dizaines de mètres-carrés a été mis en place à proximité du ruisseau l’Artière et de son affluent rive droite, le Beaupriant. Le terrain accueillant cet équipement est grillagé.

PORSCHE._ Deux autos assuraient le service du « safety car » : une Lancia Delta électrique et une Taycan d’un noir très classe et tout autant remarqué avec les inscriptions « 100% Porsche » et « 100 % électrique ». Il est vrai que c’est le premier modèle de la marque de Stuttgart à pouvoir revendiquer cette spécificité.

PUBLIC._ Toujours sous l’application de mesures sanitaires/ Covid-19, la jauge « spectateurs » était limitée à mille personnes/jour auxquels s’ajoutent quelques dizaines de concurrents et leurs équipes techniques. Pour rappel, avec près de 10.000 entrées payantes ces dernières années, le GP Camions est l’événement le plus suivi à Charade.

SIGNALETIQUE._ Déjà agrandie la saison dernière, la surface du paddock a reçu une signalétique au sol afin de fluidifier le trafic.

SOLAIRE._ Beaucoup de spectateurs ont remarqué une structure insolite déployée en contre-bas de la courbe de Thèdes. Il s’agit d’un champ photovoltaïque composé d’une centaine de panneaux pliants tel un jeu de cartes. Concurrent du dernier Dakar sur un Buggy électrique de sa conception, Guerlain Chicherit y avait amené cet équipement spectaculaire dont les 1.000 m² captaient et convertissaient les rayons du soleil d’Arabie Saoudite en électricité, alimentant une partie du bivouac de ce rallye-raid. A Charade, il servait d’emblème à la société GCK dont les couleurs figurent sur l’imposant container générateur jouxtant les cent mètres de panneaux.

SPONSORS._ Leur présence a disparu des murets qui bordent la piste et la sortie de pit lane. Le temps de réactualiser la liste des partenariats.

TRIBUNE._ Rescapée des années 70, la grande tribune était interdite au public. Motif : sa mise aux normes de sécurité ainsi que son désamiantage obligatoire.

 

 

Guy Lemaître (Texte et photos)




Les derniers articles publiés :



Evènements à Charade en 2021

  • 4 juillet 2021 : Championnat du Monde de Trial FIM
  • 11 juillet 2021 : BRM Chronographes Charade Classic - Autos et motos japonaises
  • 17-18 juillet 2021 : WORLD E-BIKE SERIES
  • 24-25 juillet 2021 : Charade Summer Cup
  • 1er août 2021 : BRM Chronographes Charade Classic - Cabriolets et Café racers
  • 5 septembre 2021 : BRM Chronographes Charade Classic - Véhicules d’avant 1970 et motos de collection
  • 19 septembre 2021 : Charade en fête !
  • 25-26 septembre 2021 : Historic Tour
  • 3 octobre 2021 : BRM Chronographes Charade Classic - Mères et filles
  • 9-10 octobre 2021 : Charade Electric Festival
  • 7 novembre 2021 : BRM Chronographes Charade Classic - 60 ans de la 4L et motos françaises

Agissons pour Charade

Agissons pour Charade
50 Rue Saint Guillaume
63110 BEAUMONT


↑ retour en haut de page